LE MOT DE LA DIRECTRICE

Image

18790004_4BIG

Bethany Cagnol

Il est possible d’apprendre une langue à tout moment de la vie ! ». 
Peut-on vraiment apprendre une nouvelle langue à tout âge ?

Oui, et les exemples sont nombreux ! La difficulté première réside souvent dans le fait que le stagiaire est convaincu qu’il n’y parviendra pas. Il faut donc commencer par s’attaquer à ce préjugé, lui montrer qu’il progresse, lui permettre de prendre confiance en lui et bien identifier sa motivation. Quelle que soit cette motivation (un voyage, la famille, un divertissement ou, parfois même, l’amour), le stagiaire doit être guidé dans les différentes manières d’apprendre une langue, cet apprentissage ne devant d’ailleurs pas toujours avoir lieu dans une salle de classe. Voyez les possibilités offertes par la télévision, les films, Internet, une balade dans un parc avec des amis, un déjeuner avec des collègues, un voyage dans le train avec des touristes… les possibilités sont infinies ! À cet égard, le rôle du formateur est de combiner et de mobiliser l’ensemble des modalités d’apprentissage au service du stagiaire, et non de lui faire apprendre une liste de verbes irréguliers (sourire). Un bon formateur saura identifier les modalités d’enseignement adaptées et les mettre en oeuvre. En faisant cela, même à plus de 45 ans, on peut apprendre une nouvelle langue. Et en plus, c’est agréable !

Que dites-vous aux stagiaires dont l’angoisse face à l’apprentissage d’une nouvelle langue s’exprime par des phrases du type « je suis nul(le) » ou encore « je suis bloqué(e) » ?

Je connais bien cette phrase. J’ai fais de nombreux séminaires à ce sujet et je n’ai pas encore rencontré une personne dite « bloquée » qui soit « non-déblocable ». Souvent le blocage ne se situe d’ailleurs pas au niveau de l’apprentissage de la langue, il tourne autour de la peur de faire une erreur. La personne refuse de parler parce qu’elle est timide ou parce qu’elle craint d’être « ridicule ». Nos recherches montent pourtant que la plupart des étrangers ne sont pas gênés par les erreurs, Américains inclus ! Ce n’est certes pas une raison pour en faire (des erreurs) mais c’en est bien une pour ne pas avoir peur d’en faire. Nos techniques de séminaires se concentrent ainsi sur ce que la personne essaie de dire, pas sur ses erreurs. Et comme il faut un peu de temps (quelques semaines ou quelques mois) pour se « débloquer », il est important d’être patient. Depuis que j’exerce ce métier, j’ai régulièrement la chance de voir des stagiaires « bloqués » finissant par dire « Oui je peux ! » ou « Yes, I can ! » , et c’est toujours un réel plaisir !

Peut-on vraiment apprendre une nouvelle langue en « 30 jours » comme certaines méthodes d’apprentissage le suggèrent, et comment les stagiaires peuvent-ils ou elles mettre en adéquation leur niveau et leurs objectifs ?

Wow, si quelqu’un peut apprendre une langue en 30 jours, qu’il donne une interview à CNN ! En 30 jours – et avec beaucoup de travail – il est possible d’apprendre les bases de la communication permettant de se débrouiller dans un pays étranger. Pendant ce laps de temps, il est également possible d’obtenir de bons résultats dans une compétence spécifique comme par exemple, et en fonction du niveau, répondre au téléphone, faire un discours devant un public, apprendre à négocier avec les clients ou gérer des réunions. Mais est-il possible de partir de zéro et d’apprendre parfaitement une langue en 30 jours ? Désolée, non !

À partir de quel « niveau » les perspectives professionnelles sont-elles élargies par la connaissance d’une langue étrangère et des différences culturelles entre les pays ?

Je pense que la familiarisation avec la culture de la langue que nous apprenons devrait débuter immédiatement. C’est ce que nous faisons à International Customer. Les informations culturelles dont nous disposons peuvent grandement influencer et aider notre apprentissage. Par exemple, le premier jour de leur formation, je dis à mes stagiaires qu’en général les Américains ne corrigent pas les étrangers. Cela les surprend parce que, en voulant les aider à s’améliorer, c’est ce que font les Français. Lorsqu’on souhaite apprendre une langue étrangère, il est important d’étudier les normes de communication, les coutumes et même la communication non verbale adéquate. Alors oui, apprendre une autre langue peut être difficile, mais cela peut aussi être passionnant, fascinant, stimulant et, surtout, cela doit être un plaisir !

Bethany Cagnol
Directrice et fondatrice d’international Customer
Bachelor of Arts, University of Virginia, Etats-Unis
Master enseignement des langues étrangères, Université de Londres